Conférence de Clément Bagot / Workshop

Ce jeune homme chétif, le cheveu pauvre, maigrichon est venu ce jour nous parler de son travail de « sculpteur ». Avec son petit pull de professeur de mathématiques, il utilise des matériaux de récupération, comme du carton, et créé des micro cosmos mélangeant architecture et éléments organiques.
Ce qu’il appelle des sculptures, je les appellerais plutôt des maquettes. Rien de plus, ça m’a rappelé certaines pièces que l’on avait vues à Venise le mois dernier.
Ses dessins préparatoires, même s’il n’utilise pas de croquis avant de créer, étaient des travaux minutieux, extrêmement fins et travaillés esthétiquement sur des très grands formats. Le genre de boulot qui me donne chaud, et qui me stresse.  De même pour ses maquettes complexes pleines de détails précieux.
C’est à présent l’ouverture du workshop. Il s’agit de créer une architecture du futur en maquette. Alors que la plupart ont intelligemment imaginé des bâtiments écologiques pour le développement durable, j’ai esquissé quelques fontaines à morve en forme de nez, et un tramway main jaune.
Au final, la maquette a plus des allures de train fantôme que d'architecture du futur. Mais j'ai fini par lui trouver un charme à force de la regarder. C'est que j'ai eu des petits soucis techniques. La main est en terre crue alors qu'elle devait être cuite, rétrécie et  noircie à la cuisson. Mais il y'a eu une conspiration contre moi à l'école, ainsi ils ont refusé de la cuire et m'ont embrouillé la tête en me disant que ce serait mieux comme ça et puis que de toute façon nous n'avions pas le temps.



Bref, mon tram-main est une main gauche, alors nous dirons que le parti pris était de réaliser cette maquette à la main gauche, et c'est pour ça qu'elle est differente des autres (pour ne pas dire laide).

Fin.

This entry was posted on lundi 22 novembre 2010. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0. Les mots tendres sont interdits.